Il était une fois l’abbaye de Beauport

Il était une fois l’abbaye de Beauport
Contes, récits et traditions orales

rassemblés par un collectif des Amis de Beauport

illustrés par Anne-Marie Ollivier-Henry

ouvrage préfacé par Daniel Giraudon

 

Avant-propos (présentation du livre) :

Cet ouvrage est d’une nature résolument originale. Aux récits récoltés par les cueilleurs de légendes répond la technique de “mémoire de papier” de l’artiste Anne-Marie Ollivier-Henry. Alchimie subtile et improbable ! D’un côté la matière volatile d’une littérature orale dispersée dans les mémoires, de l’autre la singularité d’une œuvre picturale inspirée par le légendaire de l’abbaye.
Parmi les cueilleurs de légendes il y a certes les plus grands tels Luzel ou Sébillot, mais notre objectif était de mettre en lumière des collecteurs inconnus tels que Pierre Bernard, qui pendant quatre décennies usa sa plume dans le flamboyant hebdomadaire républicain de la cité des islandais : le Journal de Paimpol. Et puis il y a les modernes épigones de Luzel et Sébillot, ceux qui aujourd’hui encore continuent à glaner les traditions orales sur les chemins du Trégor et du Goëlo, à noter la parole oubliée sur la toile cirée des tables de cuisine auprès d’informatrices et d’informateurs qui détiennent quelques bribes de la mémoire ancienne ; ceux-là se reconnaîtront.
Les récits présentés mettent en scène uniquement la “matière de Beauport” : les chanoines prémontrés devenus des moines dans la tradition populaire, et des légendes recueillies autour de l’abbaye dans les paroisses qui dépendaient autrefois de sa juridiction. Nous avons fait le choix d’écarter les récits mettant en scène les moines récollets de l’Île Verte, souvent confondus avec les religieux de Beauport et les cénobites de Saint-Rion, ainsi que ceux des saints traditionnels locaux (Maudez), à l’exception de saint Yves dont la légende dorée est bien vivante dans le Goëlo, particulièrement autour de Beauport.
À la fin de l’ouvrage vous trouverez une notice se rapportant à chacun des textes ainsi qu’une présentation des “cueilleurs de légendes”.